feuille arbre fruitier après passage des chenilles arpenteuses

La Chenille arpenteuse, larve du papillon « Chématobie », génère des dégâts importants sur les arbres fruitiers (à pépins et à noyaux) et a la particularité de se reconnaître très facilement de par son déplacement, qui se fait sur les 2 extrémités du corps.

CYCLE DE VIE
La femelle Chématobie a la particularité de n’être dotée que d’embryons d’ailes. Par conséquent, la femelle rampe et monte par le tronc pour s’accoupler sur les branches maîtresses ou sur le tronc lui-même. L’accouplement se passe en novembre/décembre (pas avant). La Chématobie est l’un des rares papillons ayant une activité en fin d’au-tomne, voire début d’hiver. Elle résiste très bien aux gelées d’automne.
De ce fait, la lutte contre le papillon ne peut s’opérer efficacement que pendant la période d’accouplement. Au printemps, les œufs déposés sur les branches éclosent et donnent des chenilles dites « arpenteuses ». Après quelques semaines, la chenille mue et se laisse tomber au sol pour se transformer en nymphe dans sa chrysalide, d’où sortira un papillon lorsque les journées seront nettement plus courtes et que la température baissera.

DÉGÂTS
Au printemps la chenille arpenteuse cause : feuilles découpées et fortement entamées, jusqu’à la défoliation quasi complète de l’arbre, jeunes fruits ou fleurs endommagés.

PROPHYLAXIE

• Placer un large cordon de glu sur les troncs des arbres à protéger vers mi-octobre.
• Travailler le sol régulièrement autour des arbres (destruction des nymphes séjournant au sol).

LUTTE

1. Traiter le tronc avec un badigeon + insecticide.
2. Traiter les parties aériennes, en hiver, afin d’éviter l’éclosion des œufs (par suffocation).