Les chenilles du processionnaire du pin, connues pour leur mode de déplacement en procession, se nourrissent des aiguilles de diverses espèces de pins, provoquant un affaiblissement important des arbres.chenillepapillon

DESCRIPTION
L’insecte adulte est un papillon de 35 à 40 mm d’envergure, aux antennes pectinées. Les ailes antérieures sont grises, avec deux bandes foncées parallèles chez le mâle, les ailes postérieures blanches sont marquées d’une tache sombre à l’extrémité pos-térieure.
La larve est une chenille de quelques millimètres à 40 mm de long, brun noirâtre avec des taches rougeâtres sur le dessus et les flancs. Sa face ventrale est jaune. Le corps est fortement velu et couvert de soies urticantes et allergisantes.

cycle de vie processionnaire du pin
BIOLOGIE
Les papillons, volent entre juin et septembre selon le climat, pondent leurs œufs dé-posés en rangées parallèles par paquets de 150 à 220 sur les rameaux ou les aiguilles de diverses espèces de pin. L’éclosion a lieu 5 à 6 semaines après la ponte. Elle donne naissance à des chenilles qui muent 5 fois à des dates variant selon la latitude, l’altitude et la température.

En hiver, les chenilles tissent un nid soyeux dans lequel elles passent la journée. Elles sortent la nuit pour s’alimenter, se déplaçant en « procession ». La cohésion de la file en déplacement est assurée par le contact tactile de soie à soie.
Au printemps, la colonie, conduite généralement par une femelle, quitte le nid, toujours en procession pour gagner au sol un endroit bien ensoleillé et s’enfouir dans un trou où chacune des chenilles va tisser son cocon pour démarrer son processus de transformation en chrysalide.
Au bout de plusieurs mois, voire plusieurs années, les chrysalides sont transformées en papillons qui sortent de terre. Le cycle peut alors re-prendre par accouplement de la femelle et du mâle, qui meurt un ou deux jours après, alors que la femelle s’envole vers une branche pour pondre jusqu’à 220 œufs avant de mourir aussi.

DÉGÂTS
Les chenilles se nourrissent des aiguilles des pins, entraînant une défoliation de l’arbre et, en cas d’infestation massive, un affaiblissement important des arbres ouvrant la voie à d’autres ravageurs et parasites.
Les espèces attaquées sont le pin d’Alep, le pin maritime, le pin noir d’Autriche, le pin laricio et le pin sylvestre. Le cèdre est également parasité.

UN INSECTE DANGEREUX
Les chenilles projettent dans l’air de minuscules soies très urticantes à partir du 3e stade larvaire. Leur fort caractère urticant peut provoquer d’importantes réactions al-lergiques : démangeaisons, œdèmes (au niveau des mains, du cou, du visage), mais aussi des troubles oculaires ou respiratoires. Les atteintes de l’oeil peuvent avoir des conséquences graves si les poils ne sont pas rapidement retirés. Il est dangereux de manipuler un nid même vide.

LUTTE

• Le piège à base de phéromone de détection suspendu dans les pins, attire, de fin juin à fin août, les papillons mâles. Le piégeage de masse est efficace sous certaines conditions : nombre et localisation des pièges, capacité de piégeage de ceux-ci.
• Autre possibilité (à plus grande échelle) : la pulvérisation du B.t. (utilisable en agriculture biologique).

• Le collier permet de collecter les chenilles lors de leur descente de l’arbre.

CUVE PROCEREX

collier procerex