Après le moustique tigre, le frelon asiatique, c’est la punaise diabolique ou “punaise marbrée” qui envahit la France.

Arrivée en Europe en 2007

Venue d’Asie, plus particulièrement de Chine, la punaise diabolique, appelé également Halyomorpha halys, a été découverte pour la première fois en Europe à Zurich, en Suisse, en 2007. Elle s’est d’ailleurs largement répandue dans ce pays.

En France il faudra attendre 2012 pour l’apercevoir pour la première fois à Strasbourg comme le rapporte Sud Ouest.
Depuis, l’insecte a beaucoup voyagé puisqu’il est désormais présent à Paris, dans l’est de la France et à Bordeaux. Et risque de toucher l’ensemble de la France d’ici quelques années.

Halyomorpha-halys

Comment la reconnaître ?

Elle mesure 12 à 17 mm de long sur 7 à 10 de large. Elle est grise avec de petites tâches sombres, fait du bruit quand elle vole et dégage une odeur lorsqu’on l’écrase. Vous en avez peut-être déjà trouvé dans votre maison, car c’est là qu’elle aime passer l’hiver, au chaud.

Danger pour les cultures

En effet la Punaise diabolique, bien qu’inoffensive pour l’homme, est un problème pour plusieurs espèces cultivées. Elle touche 300 espèces végétales et concerne toutes les cultures (céréales, vigne, légumes, fruits) mais elle a ses préférences. Par exemple les noisetiers.

Cet insecte se nourrit de la sève ce qui provoque de nombreux dommages sur les cultures. Ces dommages peuvent non seulement affecter l’apparence des fruits et légumes, mais aussi affecter la production en causant leur avortement prématuré.

Chez les particuliers, la punaise diabolique s’attaque aux plantes ornementales, aux arbustes et aux potagers.

En tant qu’espèce envahissante, elle est également susceptible d’entraîner la disparition d’autres insectes autochtones.

La solution

Il n’existe aujourd’hui aucune solution pour éradiquer cet insecte invasif et les experts déconseillent d’utiliser des insecticides polluants pour les tuer. À l’étranger, des travaux sont en cours pour trouver des piégeages et des agents de lutte biologique.

Vous pouvez toujours l’écraser si vous n’êtes pas sensibles aux odeurs ou la saisir avec une feuille de papier toilette pour la faire sortir ou la jeter dans la cuvette des WC.

L’inra a mis en place une plateforme de signalement, on y compte déjà 1694 messages pour la période septembre 2018 – janvier 2019.